Expédition Bonhomme de neige (ou comment un bonhomme de neige d’1m30 naît et disparaît…)

Il y a un peu moins de 48h, il a reneigé sur Montréal et plus d’une trentaine de centimètres de neige à bonhommes s’est accumulée sur le sol pour notre plus grand plaisir.

Pieds sous la neige

Par endroits, les bancs disparaissent quasiment sous la neige

Devant toute cette belle neige collante et abondante, on a pas pu résister avec Philou et nous sommes partis au Mont-Royal pour aller faire un gros bonhomme.

Fabrication du bonhomme

Une fois sur place, autour de nous la concurrence est féroce. Il y a des bonhommes à chaque coins, plus mignons et imaginatifs les uns que les autres. La tension est palpable, les regards sont glacés entre eux et nous : « Fais pas l’fier bonhomme ou j’te tranforme en sorbet. Des givrés comme toi, j’en mange tout l’été » ; « Eh l’humain, tu vois l’iceberg dans Titanic ? Ben c’était un cousin alors traîne tes bottes plus loin ou j’te refoidis »… ambiance.

Après avoir choisi le coin où on allait camper notre bonhomme, on s’est mis à attaquer les grosses œuvres, façon pelleteuse humaine.

La neige est de super qualité, le montage de la base du bonhomme se fait rapidement d’autant qu’on est 2 à s’affairer dessus.

Quelques roulades de plus du socle dans la neige aux alentours et nous voilà avec une base bien ronde (et super lourde à trimballer !), et un abdomen obtenu à l’aide du même principe.

Après avoir formé la tête par-dessus le tout, bien consolidé l’ensemble et mis des branches en guise de bras, on est arrivés à ce résultat :

Un bonhomme très basique à qui il manque quand même une personnalité. Pas de carotte à disposition, ni d’accessoires d’hiver dont on pourrait se passer (oui, c’est-à-dire qu’il fait quand même pas chaud), alors on a décidé de lui planter quelques morceaux de bois pour lui faire des cheveux (implants capillaires naturels pour bonhomme). Pour lui faire des yeux et un nez, on a placé des petites branches. Notre bonhomme a aussi un nombril… si, si.

Et voilà !

Une fois fini et comme le jour commençait à beaucoup décliner, nous sommes repartis chez nous pour nous réchauffer et pour fêter notre bonhomme avec des pancakes au sirop d’érable.

Disparition du bonhomme (oh…)

Le lendemain, pour le plaisir de revoir notre « sculplture ephémère de neige » et voir comment elle a passé la nuit, on décide de se remettre en route pour le Mont, histoire aussi de profiter du beau soleil pour se promener dans la neige.

Et là, surprise, horreur, déception : notre bonhomme s’est fait décapiter, démembrer ! Son corps neigeux gît en plusieurs morceaux… C’est un carnage :  il n’a plus de bras, ses implants capillaires-branchus ont été arrachés….

Consternés, on essaie de le remettre un peu en ordre avant de le laisser à nouveau pour aller faire notre promenade. Des bonhommes vandalisés, on en verra 3 durant notre marche, dont un énorme qui avait une allure sympathique un jour auparavant.

Jack Frost revival ?

En regardant ces bonhommes en morceaux, j’ai aussi pas pu m’empêcher de penser à un film d’horreur de série B : « Jack Frost ». C’est un film bourré d’humour à propos d’un serial killer qui à la suite d’un accident se retrouve dissout dans la neige par un produit toxique et reprend vie sous la forme d’un bonhomme de neige assassin qui commet des meurtres complètement improbables et grotesques. Culte ! Je résiste pas à l’envie de vous laisser la bande-annonce.

Conclusion : méfiez-vous de la vengeance des bonhommes de neige…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s